Yves Daudet

Professor Yves Daudet, Secretary-General of The Hague Academy of International Law, Emeritus Professor at Paris I University (Panthéon-Sorbonne)

[Text in French]

"Steven van Hoogstraten"

Il m’a été demandé d’écrire quelques lignes sur Steven van Hoogstraten à l’occasion de l’hommage qui lui est rendu par la Fondation Carnegie, dont il a été le Directeur général, auquel s’associe l’Académie de droit international de La Haye, dont il a été le Trésorier. Je le fais bien volontiers et je l’écris en langue française, pas seulement par facilité personnelle, mais parce que c’est un moyen de lui dire mon admiration pour sa maîtrise de cette langue dont il connait les subtilités et les idiomes.

De Steven je crois qu’on doit retenir d’abord qu’il est un homme de communication. Je disais souvent de lui qui en fréquentait beaucoup qu’il était un “homme de club”. Traduisant une évidente ouverture d’esprit et une non moins évidente soif d’apprendre et de découvrir. Un jour il m’avait dit son plaisir de déjeuner régulièrement dans l’un de ces clubs où se retrouvaient des banquiers, des hommes d’affaires, des juges et autres personnalités. Avec une grande modestie, il prétendait que c’était pour lui un moyen privilégié de connaitre et connaitre encore. Il y a chez cet homme une jovialité et un aspect “bon vivant” formidablement communicatifs. Il pourrait faire sienne la formule attribuée au roi de France Henri IV: “bonne cuisine et bon vin, c’est le paradis sur terre”. Son sens des relations humaines et son goût pour les bonnes choses de la vie l’ont amené à comprendre que bien des affaires se traitent avec succès dans des cadres informels. Les “déjeuners du jeudi”, offerts par le Conseil d’administration de l’Académie aux professeurs des cours d’été en sont un excellent exemple. Il y opérait le choix des invités avec une subtilité qui n’avait d’égal que l’organisation du plan de table. Je lui dois d’avoir, par ce truchement, pu lancer plusieurs opérations, trouver des idées et découvrir des inspirations au profit de l’Académie. Ce tempérament chaleureux a particulièrement fait merveille lors des Programmes extérieurs de l’Académie qu’il affectionnait au point d’avoir écrit à leur sujet une petite plaquette de souvenirs qui a fait le bonheur des membres du Curatorium.

Mais réduire la personnalité de Steven à ces aspects formels serait donner de lui un portrait incomplet et donc injuste. Le Trésorier de l’Académie qu’il était a porté à l’institution une attention constante et précise. Il avait de l’Académie une connaissance profonde et détaillée que servait un grand attachement à celle-ci. Si l’on parvenait à le convaincre qu’une action était bonne pour l’Académie et qu’il était raisonnable de l’entreprendre il donnait le feu vert financier. Avant d’être vert, le feu se maintenait généralement quelque temps à l’orange, non pas par réflexe patriotique, mais simplement en raison du temps qu’il jugeait nécessaire à bien peser le pour et le contre et s’assurer qu’il n’y avait pas d’imprudence à accepter la proposition présentée. Il n’aimait pas devoir décider dans la hâte et avait du goût pour la réflexion. Le feu rouge était rare mais en ces cas toujours motivé. Les désaccords qui se présentaient de temps à autres comme il est normal, dès lors que les protagonistes sont attachés à l’institution qu’ils servent comme c’était le cas, ces désaccords trouvaient toujours leur solution par le compromis, l’arbitrage et au bout du compte, la sagesse.

J’espère quant à moi que ces dix années de travail en commun dont je garde un fort bon souvenir trouveront leur suite dans des années d’amitié aussi nombreuses que possible (ce qui est un souhait que je m’adresse donc en même temps à moi-même !).

Bonne retraite, Steven, entouré de nombreux amis et en conservant beaucoup d’intérêt pour la vie !

Pr. Yves Daudet

Secrétaire général de l’Académie de droit international de La Haye

Librarian's choice

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *